Un sol vivant, de la nourriture vivante !

François Mulet fondateur du mouvement MSV

Un sol vivant, de la nourriture vivante !

Un sol vivant, qu’est-ce que c’est ?

Un sol vivant, on avait déjà défini brièvement cette notion dans le portrait de François Mulet de son frère Daniel.

Ici, on va essayer d’être un peu plus précis.

Un sol vivant, c’est un sol où s’épanouissent vers de terre, mais aussi champignons microscopiques souterrains, bactéries ou encore petits êtres décomposeurs. C’est toute cette population qui va, en travaillant la matière organique, créer la vie du sol. Le sol vivant nourrit la plante, qui est donc plus forte et en meilleure santé. Les fruits ou légumes qu’elle produit fourniront ainsi plus de nutriments.

La plante se nourrit du sol, et le sol se nourrit de la plante qui le recouvre quand elle meurt. Se met alors en place un cercle vertueux. Si on laisse le sol tranquille, voilà donc le cycle qui se produit. Pour préserver un sol vivant, et éviter de créer un « désert », on évite le travail du sol.

On dit souvent que vous pouvez mesurer à l’œil la vie de votre sol à la quantité de vers de terre que vous y trouvez. C’est un peu réducteur mais c’est un bon moyen pour commencer !

 

Un sol vivant, c'est un sol où s'épanouissent vers de terre, champignons microscopiques souterrains, bactéries ou encore petits êtres décomposeurs.

Maraîchage sur Sol Vivant (MSV), c’est quoi cette association ?

Cette association a été créée dans le but de fédérer les connaissances sur le sujet, afin de créer une véritable technique. Ensuite, bien entendu, l’idée est de diffuser cette technique au plus grand nombre d’agriculteurs, bio ou non d’ailleurs. Pour l’association MSV, il est primordial que cette technique se démocratise et que l’on arrête de maltraiter nos sols. C’est pour ses membres plus important que le débat sur la bio. En effet, en suivant leur logique, l’utilisation de la chimie est due à l’appauvrissement des sols et à leur transformation en déserts agronomiques. En leur redonnant vie, les plantes seront mieux nourries. Grâce à cela, elles sauront se défendre contre les pathogènes, et ne nécessiteront plus de chimie. Le débat sur la bio n’aura du coup même plus lieu d’être.

Il parait donc urgent que la notion de sol vivant arrive aux oreilles de tous ceux qui travaillent avec la terre. Il faut donc qu’ils puissent se former aux techniques développées et retrouvent des sols en pleine santé.

Et si on veut se former, on fait comment ?

Les membres de l’association ont bien compris qu’internet pouvait être un véritable levier pour changer d’échelle et donner accès à leurs connaissance au plus grand nombre. En plus de sessions en présentiel, ils ont choisi de développer de la formation en ligne.

Des centaines (milliers ?) d’heures de cours sont donc accessibles via Youtube, dispensées par divers formateurs tous praticiens des techniques de maraîchage sur sol vivant.

 

Voir et revoir les portraits

1Comment

Laisser un commentaire