Petit fromager et conversion bio, comment faire ?

Damien Henguelle fromager

Petit fromager et conversion bio, comment faire ?

Un petit fromager qui maintient l’exploitation familiale

Damien Henguelle est un petit fromager du Nord-Pas-de-Calais qui nous a accueillis à sa ferme du Crequy. Gérant la fromagerie avec sa sœur Alice, il nous a fait le tour de l’exploitation de vaches laitières afin que l’on découvre l’ensemble des postes de travail. La ferme fabrique chaque jour deux types de fromage, le Sire de Crequy et la tomme, et des produits frais. Elle est à taille humaine, et produit chaque année 600 000 litres de lait pour 70 vaches laitières.

Damien Henguelle aime son métier, et perpétue depuis des années les traditions familiales tout en s’ouvrant aux nouvelles pratiques.

L’histoire de la ferme du Crequy

Précisons que la ferme du Crequy a une grande capacité de résilience. Dans les années 80 tout d’abord, alors qu’elle était prête à développer sa production de lait, les quotas laitiers sont venus modifier les ambitions familiales. C’est ainsi que le père a à l’époque décidé de réorienter l’activité vers la production de fromage.

Par la suite, alors qu’une auberge-restaurant avait été développée pour compléter les revenus de l’exploitation, la crise économique et la baisse de l’activité des associations dans les campagnes sont venues largement ternir le tableau. La famille a donc dans les années 2000 décidé d’arrêter cette activité. Elle s’est alors lancée dans la fabrication de produits frais, et notamment de yaourts infusés. Ces derniers lui ont valu l’obtention d’un prix food creative et la conclusion de contrats tels que le Westminster Hotel au Touquet.

Que pense-t-il de la certification bio ?

Sur la question du bio, son opinion est simple : oui à un bio aux normes françaises, non aux normes étrangères qui n’ont pas de sens. Lui n’a donc pas la certification bio, bien qu’il en voit l’intérêt et qu’il soit d’accord avec certains de ses principes.

Et concernant cette certification, une des raisons qui empêche ce petit fromager d’y venir est tout simplement qu’il lui faudrait le double de surface pour pouvoir y prétendre.

L’autre raison est la rémunération et la tendance du marché. On vit à l’heure actuelle une explosion de la demande des consommateurs en bio. Pour autant, les logiques de pression sur les prix des producteurs sont aussi employées sur ce marché. Cela lui fait craindre de s’engager sur des investissements coûteux pour au final une rémunération égale voire inférieure.

Comment évoluer autrement ?

La ferme du Crequy a déjà entamé son chemin vers le bien manger. Elle a aussi ouvert la commercialisation de ses produits à des systèmes alternatifs tels que la Ruche qui dit oui. En premier lieu, le petit fromager utilise 2 fois moins d’engrais chimiques qu’il y a 10 ans, et tend à continuer sur cette démarche. Ensuite, elle privilégie l’utilisation de l’aromathérapie et de l’homéopathie pour les soins divers des animaux.

Cette rencontre avec Damien Henguelle a  été enrichissante. Elle nous a permis d’entrevoir la dimension économique comme un frein potentiel au développement de la production bio en France. Nous avons aussi pu mieux appréhender les enjeux liés à la politique alimentaire menée par notre pays. En effet, de nombreux producteurs envisageraient sans doute de passer au bio avec des politiques publiques qui les encourageraient davantage dans ce sens.

 

Découvrir les autres portraits

Tags:
No Comments

Laisser un commentaire