Faut-il manger exclusivement des produits origine France ?

ananas-importé

Faut-il manger exclusivement des produits origine France ?

Manger des produits origine France à 100% serait la solution : c’est ce qu’en viennent à penser de plus en plus de personnes dans notre pays.

manger-francais-les-ethicuriens

Est-ce que c’est vrai ? Et si oui, comment on fait ?

 

Grâce à notre Tour de France sur le bien manger, on peut aujourd’hui répondre avec certitude à cette question.

 

Ne faut-il manger que des produits origine France ?

Lorsque l’on se concentre sur la provenance des aliments, il existe 3 types de produits :

  • les produits origine France 
  • les produits importés qui sont aussi cultivés en France
  • les produits importés qui ne sont pas cultivés en France

C’est une distinction essentielle à faire, car en fonction du type de produit, votre comportement doit être différent.

 

 

Les produits importés qui sont aussi cultivés en France

 

Pour ces produits, un seul mot : A BANNIR  (ok ça en fait 2^^)

bannir-produits-importés-les-ethicuriens

Il n’y a aucune raison de consommer des produits étrangers qui poussent en France, ça n’a juste aucun sens. La saisonnalité existe pour une raison, mais le système actuel l’ignore pour proposer les mêmes produits en permanence. Sauf que qui dit « saisonnalité », dit justement « absence sur une période de l’année ».

 

C’est normal et naturel !

 

Dans cette catégorie de produits importés, on parle :

Des légumes et fruits

 

legumes-fruits-francais-les-ethicuriens

Ils viennent principalement d’Espagne et d’Italie : aubergines, tomates, poivrons, choux, carottes, pommes de terre, kiwi, pommes.

 

 

Ils sont là pour 2 raisons :

  • Pour s’assurer un maximum de ventes, les supermarchés doivent avoir de tout, tout le temps. Pour pallier au problème de saisonnalité, ils vont s’approvisionner dans d’autres pays qui ont des systèmes souvent intensifs (au détriment de la qualité). Du coup, pour être compétitifs par rapport aux marchés traditionnels, et attirer une clientèle toujours plus nombreuses, les magasins bio suivent souvent cette tendance. Alors ils ne vont pas non plus proposer des tomates en plein hiver, mais ils vont souvent vous proposer des produits espagnols ou italiens (l’été y arrive plus tôt) en attendant que nos cultures aient commencé à donner. Donc plus de tomates en décembre, mais on peut en trouver dès le mois de mars quand même (pas vraiment mieux) !

 

  • L’autre raison, c’est qu’en bio, l’offre de produits origine France est encore trop faible par rapport à l’explosion de la demande. Et les magasins font souvent le choix de s’approvisionner dans un pays voisin plutôt que de ne pas le proposer du tout.

 

Il faut donc toujours faire attention aux étiquettes qui indiquent la provenance. Un brocoli d’Italie, c’est NON. Un chou fleur de France, c’est OUI (pas si difficile, n’est-ce pas ?)

 

Des viandes

 

viande-origine-franceQu’elle soit surgelée ou au rayon frais, prenez-la TOUJOURS origine France. Nous avons de très bonnes viandes ici, il n’y a pas de raison de consommer des viandes polonaises de piètre qualité pour payer quelques € de moins. Mieux vaut prendre 1 bonne viande de temps en temps, française, de filière sûre, plutôt que plusieurs viandes dans la semaine bourrées d’antibiotiques et de pesticides.

 

Au restaurant, c’est la même histoire. Ok, il peut être difficile de demander l’origine d’un légume, vous pouvez cela dit reconnaître si c’est un légume de saison (et si vous ne savez pas, un petit tour sur internet vous apportera rapidement la réponse, enfin en général…mais c’est un autre débat 🙂 ). Pour les viandes, demandez toujours d’où vient la viande, et si elle n’est pas France…prenez autre chose !

 

Des fromages

 

fromage-bio-francePour le coup, ils sont bien de chez nous, sauf certains fromages voisins comme la mozzarella ou le pecorino par exemple.  Dans ces cas-là, on peut les passer dans la catégorie « Produits importés qui ne sont pas produits en France ».

Cela dit, nous avons rencontré lors du Tour de France un fromager italien installé à Nice qui faisait une merveilleuse mozzarella (pour retrouver son portrait vidéo, c’est ici). Si vous êtes à Nice, mieux vaut donc passer par la Casa della Burrata plutôt que d’acheter de la « mozzarella caoutchouc » douteuse en grande surface !

Il existe des fabricants de mozzarella à Paris également, et peut-être ailleurs en France ? Dans ce cas, vous dégustez des produits d’histoire étrangère, mais des produits origine France. (malin, non ?^^)

 

Des huiles

 

huile-oliveCertaines huiles sont fabriquées à partir de produits qui ne sont pas cultivés en France (coco, …). Mais pour les autres, dès que vous le pouvez, prenez les françaises ! On a des huiles d’olive excellentes, issues des olives Lucques par exemple.

Il est vraiment dommage de passer à côté par manque d’informations !

 

 

 

De manière générale, tout ce qui existe chez nous ne doit pas venir d’ailleurs, c’est mauvais pour :

  • nos agriculteurs : ça leur fait une concurrence qui ne devrait même pas exister
  • notre santé : ne serait-ce que parce que la valeur nutritionnelle d’un légume par exemple, diminue dès qu’il sort de terre. Donc plus il met de temps à arriver dans les étals, puis dans l’assiette, moins il sera riche en vitamines et minéraux. Mieux vaut donc être le plus locavore possible !
  • les terres espagnoles : l’Espagne est devenue le garde-manger du monde, sauf que ses sols sont épuisés et que ça devient un vrai problème. Revenons à un peu de bon sens, laissons ses terres se reposer, et consommons à nouveaux nos propres légumes en respectant leur rythme.

 

Comment savoir ce qui vient de chez nous ?

Si vous le souhaitez, n’hésitez pas à nous contacter pour que nous vous envoyons une liste exhaustive des produits de France, sur contact[@]lesethicuriens.com.

 

Donc manger 100% français serait la solution ?

Et bien, pas exactement…

 

Les produits importés qui ne sont pas cultivés en France

Ce sont tous ces produits exotiques qui sont entrés dans nos cuisines au fur et à mesure des siècles, et qui ont du mal à en sortir.^^

 

fruits-exotiquesEn fait, doivent-ils en sortir ? 

 

Ici, on nuance en fonction des produits :

 

Les fruits

 

ananas-importéCe sont notamment les fruits comme la banane, l’avocat, l’ananas, le fruit du dragon, la papaye, la mangue, l’orange,…

Il n’existe pas de tels produits d’origine France.

Pour commencer, ils sont à consommer avec modération (à comprendre, 2 fois / mois maximum), car leur venue n’est pas anodine : elle se fait en nombre, par avion ou bateau, ce qui pollue énormément l’environnement.

 

Il faut savoir aussi que, pour arriver à maturité en France, ces produits sont cueillis verts (pas mûrs), et se font souvent injecter des produits dans les cales de bateau ou les soutes d’avion pour gérer le mûrissement pendant le voyage. Pas très ragoûtant n’est-ce pas ?

 

Certains disent que consommer des produits des DOM TOM, ce n’est pas pareil. En termes économiques, on comprend en effet cet argument. On achète « français », donc on aide nos agriculteurs. 

Par ailleurs, l’autre avantage de préférer les produits importés des DOM TOM ou de pays liés à l’Union Européenne, c’est qu’ils doivent respecter le même cahier des charges bio, ce qui garantit la qualité du produit.

Mais en termes écologiques, ça ne change pas grand chose.

 

Donc vous pouvez privilégier les ananas de La Réunion par exemple, mais n’en consommer qu’1 à 2 fois / mois. 🙂

 

D’ailleurs, saviez-vous que les DOM TOM ont les mêmes problématiques qu’en métropole ? Lors de notre passage sur l’émission Les Témoins d’Outre Mer sur France O, un téléspectateur témoignait de la présence d’ananas importés sur les étals réunionnais, alors qu’ils produisent le meilleur ananas au monde, à savoir l’ananas Victoria… -_-

 

Pour rappel, les DOM TOM sont :

  • Guyane française
  • Guadeloupe
  • La Réunion
  • Martinique
  • Mayotte
  • Saint Barthélémy
  • Nouvelle Calédonie
  • Polynésie française
  • Wallis et Futuna
  • Saint Pierre et Miquelon
  • Terres Australes et Antarctiques françaises
  • Saint Martin

Les DOM TOM qui exportent le plus de produits agricoles sont La Réunion, la Guadeloupe, la Guyane française et la Martinique.

 

avocatsConcernant l’avocat, c’est le produit phare de 2017, et la tendance se poursuit en 2018. C’est pour beaucoup lié à la tendance végétarienne et vegan, ce qui est très bien. MAIS, l’avocat reste un produit importé à consommer avec modération.

Cela dit, lorsque vous en consommez, préférez ceux qui viennent d’Espagne ou du Portugal, ou du sud de la France (très rares), ils auront moins voyagé que ceux venant du Kenya ou d’Israël par exemple !

 

 

L’idée n’est donc pas de s’interdire de manger ces produits, mais de se raisonner, de les acheter en conscience. Et en bio bien sûr. 

 

Le riz

 

Il existe quelques rizières françaises, mais c’est loin de couvrir la consommation de la population, donc le riz est quasiment systématiquement importé.

Il fait partie des produits sur lesquels on apporte une nuance, car un paquet de riz peut durer sur plusieurs jours ou semaines, et se conserve. Il faut cependant veiller à l’acheter bio et équitable, pour s’assurer de sa qualité et des bonnes conditions de travail et de rémunération des agriculteurs.

On a été marqués par une anecdote du chercheur François Collart-Dutilleul (son portrait est juste ici), qui nous expliquait que le meilleur riz au monde est le riz malien, et qu’il est exporté à 100%. Du coup, le Mali importe du riz thaïlandais pour la consommation du pays (??!!).

Acheter équitable, c’est éviter de soutenir ce type de comportement. Pour consommer équitable, il existe un super comparateur qui s’appelle www.ecosapiens.com. Le site est en train de se refaire une beauté, mais vous pouvez déjà y trouver un tas de produits d’origine France et/ou bio et/ou équitables !

 

Les épices

 

epicesElles viennent quasiment toutes de l’étranger, de différents endroits du monde. Pour nous, ce sont des produits incroyables qu’on a eu la chance de découvrir au travers des différents voyages de l’Histoire.

On en utilise beaucoup dans notre cuisine, l’un comme l’autre, et on pense que c’est un cas un peu particulier, dans la mesure où on en consomme peu par repas. Ce n’est pas comme acheter une banane : une fois mangée, c’est fini. Là, le pot d’épice va rester dans votre placard pendant plusieurs semaines, voire plusieurs mois.

Le tout est de les acheter en bio et/ou équitable, comme pour le riz. On en trouve en magasin bio, il existe également des spécialistes des épices dont le but est de sourcer et de chiner les meilleures épices au monde. On a un coup de cœur pour Epices Shira, d’ailleurs vous pourrez bientôt bénéficier d’un bon de réduction sur toute première commande sur la boutique en vous inscrivant à notre 7-J CHALLENGE : 7 jours pour (ré)apprendre à cuisiner ! (le lien sera bientôt actif !) 

Le café et le chocolat

 

On suit la même logique, acheter bio, équitable, il en existe de nombreuses variétés !

chocolat-equitable

 

 

Pour résumer, on pense qu’il ne faut pas renier les apports des voyages dans notre Histoire, qui ont participé à construire notre tradition culinaire (pommes de terre, tomates,…). Pour autant, privilégiez le local, et respectez la règle :

 

80% de produits origine France / 20% de produits importés 

 

QUID des restaurants de cuisine du monde ?

restaurant-bio

La question se pose dans les deux sens :

  • que penser des chefs français qui importent des produits français dans leurs restaurants étrangers ?

 

  • que penser des restaurants du monde type indien, chinois, japonais, qui sont présents dans quasiment toutes nos villes ?

 

 

On pense que s’il s’agit d’une spécificité régionale du monde, et si le restaurant suit une vraie démarche de qualité, alors on peut accepter qu’il importe les produits qu’il prépare.

En revanche, si un restaurant indien prépare de la viande polonaise conventionnelle, ou qu’un restaurant de sushis utilise du saumon d’élevages intensifs, là ça n’a plus de sens (et malheureusement…).

 

Que le plat soit exotique ne veut pas dire qu’on peut mettre n’importe quoi dedans.

 

Dans le même registre, on ne voit pas de souci à ce qu’un chef français installé à l’étranger importe des fromages français pour les faire goûter à sa clientèle. Tant que c’est fait en conscience, en montrant que c’est un fait exceptionnel, en en faisant un événement !

Mais si les gens se retrouvent en Mongolie avec un sandwich jambon beurre emmental tenu par un Français tombé amoureux du pays, vendu pour quelques centimes, là ça n’a pas de sens (sauf si, bien sûr, il fait sa baguette lui-même, utilise du beurre de Dri et du jambon issu des bêtes locales).

 

Là encore, tout dépend du contexte 🙂

 

D’où l’importance de se renseigner sur les restaurants dans lesquels vous vous rendez (un autre sujet qui fera sans doute l’objet d’un article !), qui doivent être dans une réelle démarche de qualité, de respect de l’environnement, de respect des saisons, de respect des hommes qui travaillent pour fournir la nourriture. Et en bio, c’est encore mieux !

 

A ce sujet, il existe deux associations qui se bougent particulièrement : Slowfood, qui insiste particulièrement sur la qualité des aliments et sur le respect des producteurs, et L’R Durable, qui travaille sur le développement durable dans la restauration.

 

Alors, manger 100 % français est-il la solution ?

 

On ne pense pas, mais au moins 80% oui ! 😀

Et 20% de produits importés consommés en conscience, avec plaisir, et non pas mangés sans faim en regardant la TV.

 

A très vite !

 

Melody et Mickaël, Les Ethicuriens