L’agriculture biologique selon le maraîcher Stéphane Massoni

Portrait de Stéphane, maraicher bio dans l'Eure

L’agriculture biologique selon le maraîcher Stéphane Massoni

L’agriculture biologique, c’est la norme

Pour Stéphane Massoni, l’agriculture biologique, c’est ça la norme. Ne pas utiliser de produits chimiques pour cultiver, respecter l’environnement, exploiter sur de petites surfaces. Enfin, il ne prône pas le retour aux micro-fermes non plus, et trouve tout à fait acceptable une ferme de 90 hectares. 600 ou 700 hectares ? Là non, ce n’est pas logique selon lui, car ça entrave la qualité.

Comment il s’est lancé

Stéphane a travaillé dans la grande distribution en région parisienne pendant de nombreuses années. Il a adoré cette période, mais est arrivé à un moment donné à saturation, au niveau des relations humaines, de la vie urbaine. C’est alors qu’il a décidé de se lancer dans l’agriculture biologique en tant que maraîcher, pour contribuer à changer le système alimentaire.

Mieux vaut agir à son échelle que de ne rien faire

Ce pourrait être le slogan de ce bon vivant qui n’a pas sa langue dans sa poche. C’est bien la ligne qu’il a suivie depuis son installation, et qui l’a mené à développer son exploitation en bio en se focalisant sur la vente directe. Il fait parti de ces maraîchers bio qui ne comptent pas leurs heures pour produire des aliments de qualité à ses clients, qu’il retrouve notamment sur plusieurs marchés hebdomadaires. Il est répertorié sur quelques annuaires en ligne spécialisés sur les produits bio, et sa communication s’arrête là, la qualité suffit !

Pour lui, le bio peut être développé partout, mais pas forcément par le haut. En fait, il prône l’installation d’agriculteurs dans les grandes et petites villes par les administrations locales, qui puissent assurer l’approvisionnement de la restauration collective, Pour lui, c’est tout à fait envisageable ! Des terres agricoles exploitées, des agriculteurs salariés, des enfants bien nourris, ce serait définitivement un combo gagnant !

L’agriculture biologique et les enfants

Stéphane est un père qui adore cuisiner frais, et dont les enfants voient rarement des produits industriels. Il n’a donc pas de problème pour leur faire manger des légumes, et ce à toutes les époques de l’année, même en plein hiver lorsqu’il prépare du chou pendant 5 jours. La clé ? Le préparer de plein de façon pour ne jamais se lasser ! Et pour ça, il n’hésite pas à s’inspirer notamment de la cuisine indienne et de ses saveurs épicées.

Cependant, Stéphane a remarqué que ses enfants ne représentaient pas forcément la norme. Quand leurs copains viennent manger à la maison, ils font souvent la tête devant les assiettes. Et pour cause, ce n’est pas dans leurs habitudes alimentaires de manger des légumes cuisinés ! Il nous a d’ailleurs raconté une anecdote drôle, enfin si on veut. Alors qu’il montrait une carotte aux copains de ses enfants,l’un d’eux s’est écrié « mais c’est ça une carotte ?! » Il n’en avait jamais vu en vrai, puisqu’il les mangeait toujours conditionnées tout droit venues du supermarché.

C’est donc une génération en partie déconnectée de son alimentation qui arrive. Démocratiser l’agriculture biologique pour des cantines de qualité, ça parait donc nécessaire. Et même indispensable, pour éviter de se retrouver avec une armée de petits soldats mangeant des conserves en boite !

 

Voir et revoir les portraits