Alimentation durable, enjeu de notre société expliqué par Nicolas Bricas

Nicolas Bricas sociologue de l'alimentation

Alimentation durable, enjeu de notre société expliqué par Nicolas Bricas

Alimentation durable, c’est-à-dire ?

L’alimentation durable, c’est une alimentation saine et respectueuse de l’environnement. Elle est aussi viable économiquement et socialement, et accessible à tous.

Nicolas Bricas est chercheur et socio-économiste de l’alimentation, il travaille au CIRAD et co-préside la CHAIRE UNESCO Alimentations du Monde. Il se spécialise tout particulièrement sur le rôle des villes dans l’évolution de nos modes d’alimentation. En tout cas, une chose est sûre selon lui, au vu des études réalisées sur le sujet : il est nécessaire de changer nos modes de production ET nos modes de consommation.

Selon Nicolas Bricas, l'alimentation durable est une alimentation saine et respectueuse de l'environnement, viable économiquement et socialement.

Changer nos modes de production

Selon Nicolas Bricas, l’agriculture intensive a été nécessaire en son temps. Elle a en effet permis d’apporter des quantités importantes de nourriture, et de nourrir des populations entières. Mais ça s’est malheureusement fait au détriment de la planète. Aujourd’hui, il est donc nécessaire de trouver de nouveaux modes de production sans utilisation d’énergies non renouvelables. C’est pour cela que les alternatives qui fleurissent partout en France ont une grande importance. Nicolas Bricas ne pense pas que ces alternatives pourront devenir le modèle dominant. Pour autant, il revendique leur rôle crucial comme défricheurs, créateurs des solutions de demain.

Ainsi la bio, la permaculture, la biodynamie, le compost fait maison, sont autant de notions qui permettent d’éviter au maximum l’utilisation du pétrole et autres énergies non renouvelables.

Changer nos modes de consommation

Les supermarchés ont permis aux consommateurs de gagner un temps précieux en trouvant tout au même endroit. Mais ils ont aussi été les points d’entrée d’une dérive de la consommation, d’un développement incroyable de l’agroalimentaire, au détriment de la planète et parfois même de la santé. L’alimentation durable veut reconnecter le consommateur à son alimentation. Aujourd’hui, il est possible de rencontrer des enfants qui ne savent pas à quoi ressemble une vraie carotte, car ils les ont toujours manger en barquette avec de la sauce.

Le but d’une alimentation durable, c’est que ces enfants mais aussi les adultes redécouvrent les légumes, les produits frais, non industriels. C’est aussi qu’ils comprennent comment les produits sont cultivés, quelles sont les manières vertueuses de le faire, puis qu’ils consomment en conséquence.

La consommation de produits carnés est également un sujet important de l’alimentation durable. Manger de la viande, oui, mais de bonne qualité et moins fréquemment. Car l’élevage est une des activités qui polluent le plus aujourd’hui, sans compter que beaucoup de terres agricoles sont exploitées pour l’alimentation animale, alors qu’elles pourraient l’être pour notre propre alimentation.

Le gaspillage alimentaire

Selon la FAO (Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture) :

« Le volume mondial de gaspillages et pertes alimentaires est estimé à 1,6 milliard de tonnes d’équivalents produits de base. Les gaspillages totaux pour la partie comestible s’élèvent à 1,3 milliard de tonnes. »

La problématique du gaspillage alimentaire n’est donc pas anodine. Elle concerne chaque foyer et demande une réelle prise de conscience pour un réel changement de comportement.

Cuisiner de plus petites quantités, utiliser un compost pour recycler les restes alimentaires. Ce sont deux actions simples avec un impact pourtant colossal si on s’y met tous.

Le rôle des villes

Nicolas Bricas travaille beaucoup sur la notion d’urbanisation. Le rôle des villes est en fait central dans les comportements d’achat des citoyen.

Prenons l’exemple de la construction d’un quartier neuf. En fonction du plan d’urbanisation, va être décidé de promouvoir l’installation de petits commerces en bas des immeubles, ou de garder un format résidence en privilégiant l’installation d’une grande surface à quelques kilomètres de là. Le développement de l’alimentation durable est donc aussi tributaire de ces décisions, d’où l’importance de s’intéresser à la vie locale de son quartier.

 

Voir et revoir  les portraits